Le marché en quelques chiffres

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant
En 2005 seulement deux modèles tenaient le haut du pavé sur le marché des crossovers compacts. Cinq ans plus tard, c’est plus d’une dizaine de SUV compacts qui sont en concurrence (Honda CR-V, Volkswagen Tiguan…). Cette augmentation du nombre de protagonistes s’accompagne d’une alléchante croissance des ventes, avec des chiffres qui aiguisent les appétits des constructeurs. Pour preuve: en 2005 104 000 unités ce sont vendues, contre 458 000 prévues en 2010.

Fort de son expertise sur le marché des tout-terrain « pur et dur » (Pajero, Montero, L200…) Mitsubishi s’attaque aux marchés des SUV. Le nippon n’est pas fou, pour minimiser les coûts et proposer un véhicule à un prix compétitif, il reprend 70% des pièces de son fidèle Outlander.

Une ligne dynamique

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant
Avec 4295 mm de long et 1770 mm de large, le tout dans un corps aérodynamique (en témoigne le Cx de 0,32) le Mitsubishi ASX affiche une ligne affutée très fortement inspiré du concept cX. A l’avant l’ASX dispose de la désormais incontournable calandre Jet-Figther (en hommage aux avions F-2 fabriqués par Mitsubishi Heavy Industries). Le porte à faux court et le « becquet » renforcent le caractère sportif de l’engin.

A l’intérieur

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant
Épuré, l’intérieur se veut ergonomique, avec une instrumentation on ne peut plus simple. Trois molettes servent à contrôler les fonctions de climatisation (température, intensité, répartition). Le Mitsubishi Multi Communication System, de série sur la finition Instyle, comprend un GPS avec infotrafic, un lecteur DVD et un système audio avec une capacité de 40 Go. Ce dispositif se révèle à la fois simple d’utilisation et efficace.

Niveau qualité perçue, Mitsubishi a écouté les retours de ses clients (notamment ceux de l’Outlander) concernant le traitement des plastiques. La partie haute de la planche de bord est donc moussée. Dommage que l’assemblage de certains éléments comme le cerclage des compteurs soit assez moyen.

Les sièges en cuir offrent une assise confortable et à l’arrière la place aux jambes est bonne tout comme la garde au toit. La banquette arrière rabattable 2/3 1/3 dispose d’une trappe à ski pour les plus sportifs.

1.8 DiD

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant
Nous avons essayé la nouvelle motorisation 1798 cm3 diesel 100% maison ! Ce bloc MIVEC offre un système de calage variable de la distribution qui permet d’obtenir un taux de compression très bas pour un moteur diesel (14,9/1). Le 1.8 DiD offre une puissance de 150 ch et un couple de 300 Nm de 2000 à 3000 tr/minute qui emmène aisément l’ASX. Le 0 à 100 km/h est atteint en 10 secondes.

Le nouveau 1.8 DiD offre un fonctionnement silencieux et se montre peu gourmand en carburant avec une moyenne de 5,7 litres au 100 km.
Affublé de la mention ClearTec, le Mitsubishi ASX dispose de toute la panoplie du parfait « écolo »: avec système de coupure du moteur à l’arrêt « Automatic Stop&Go », une direction assistée électrique, la récupération de l’énergie au freinage ou encore des pneus à faible résistance au roulement.

Moyennant 2000 euros, vous pouvez disposer d’une transmission intégrale. Celle-ci dispose de trois modes. Le premier (2WD) permet de rester en traction, le second (Auto) enclenche le mode quatre roues motrices lorsque les conditions le nécessite, et enfin le dernier (Lock) bloc les quatre roues motrices.

Sur la route et même lorsque la chaussée est dégradée, la souplesse des suspensions et les jantes de 16 pouces (qui pour une fois ne sont pas surdimensionnées) procurent un bon confort. Le bon rayon de braquage de 5,3 mètre octroie une bonne agilité à l’engin pour les baroudeurs urbains qui s’offriront les services de l’ASX.

Pour conclure

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant
Pour tenter une incursion sur le marché des SUV compacts, Mitsubishi, avec son ASX propose un véhicule au style dynamique doté d’excellentes prestations routières.

Les tarifs s’échelonnent de 23 400 euros pour l’entrée de gamme Invite à 28 250 euros pour la finition Instyle. A noter que deux options sont au catalogue, les quatre roues motrices facturées 2000 euros et la peinture métallisée 450 euros.

A l’instar de la triplette Mitsubishi Outlander, Peugeot 4007 et Citroën C-Crosser, le Mitsubishi ASX aura le droit à ses clones français d’ici un an.

GALERIE PHOTOS ESSAI MITSUBISHI ASX

FICHE TECHNIQUE:

Modèle: Mitsubishi ASX 1.8 DiD ClearTec 4WD
Prix: 30 700 euros

Moteur: 4 cylindres diesel
Cylindrée (cm3): 1798
Puissance (ch): 150 à 4000 tr/minute
Couple (Nm): 300 de 2000 à 3000 tr/minute
Boîte de vitesses: manuelle à six rapports

Vitesse maximum (km/h): 198
0 à 100 km/h (secondes): 10

Freins: disques ventilés à l’avant
disques à l’arrière

Pneumatiques: 215/65 HR16

Consommation (l/100km)
En cycle urbain: 6,9
Sur route: 5,0
En cycle mixte: 5,7

Dimensions (mm)
Longueur: 4295
Largeur: 1770
Hauteur: 1615

Poids (kg): 1525
Volume de coffre (litres): 442 à 1193
Réservoir (litres): 60
Emission de CO2 en g/km: 150 soit la zone neutre du bonus/malus écologique

Photos: Agathe Reverdy

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Essai Mitsubishi ASX: le conquérant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *