La transmission intégrale, une partie de l’histoire de BMW

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale
Si Audi a fait sa renommée en grande grâce notamment à son système Quattro. Ses concurrents allemands ne sont pas en reste, en témoigne l’héritage de BMW à ce sujet. Si aujourd’hui la firme bavaroise est à même de proposer la transmission intégrale sur une grande partie de sa gamme (Série 3, Série 5, X3, X5…), c’est que l’histoire ne date pas d’hier.

Retour en 1985, où BMW présenta une 325iX (171 ch) forte de quatre roues motrices habillement réparties entre le train avant (37%) et le train arrière (63%). Un choix « philosophique » pour la marque (de privilégier le couple sur le train arrière), habituée à livrer des propulsions. En cas de besoin, ce dispositif pouvait améliorer la motricité et la stabilité par le biais du différentiel central
et du pont autobloquant arrière capable de compenser les différences de vitesse de rotation des roues avant et arrière. La version break (Touring) 325iX vint compléter le catalogue trois ans plus tard en 1988.

Trois années après, en 1991, la Série 5 (525iX) fut également dotée de la transmission intégrale, configurée à 36/64% entre les trains avant et arrière en situation normale.

1999, le nouvel essor

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale
Le nouvel essor de la transmission intégrale BMW fût l’année 1999, qui vit la naissance du BMW X5. La gamme X était née (et bien née)! Le segment des SUV pris ensuite son envol, jusqu’au succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Le X5 possédait lui aussi un réglage typé propulsion, avec en situation normale une répartition par un train épicycloïdal à 38% sur les roues avant, et à 62% sur le train arrière.

En 2003, le nouveau venu, le bien nommé X3 (tout comme son grand frère X5), inaugura une nouvelle génération de transmission intégrale baptisée xDrive. Ce dispositif associait désormais la répartition variable du couple entre les trains avant et arrière par visco coupleur à régulation électronique, à une fonction autobloquante individuelle, générée par le freinage du DSC. Associé au DSC, le xDrive était alors capable d’effectuer une analyse prévisionnelle des conditions d’adhérence.

BMW xDrive, un succès planétaire

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale
Aujourd’hui, 1 BMW sur 4 vendues dans le monde, est équipée du système xDrive. Même si une grande partie de cette réussite s’explique par le développement des modèles X. La gamme plus « traditionnelle » n’est pas en reste avec un vaste choix, de la berline série 7, en passant par les séries 3 et 5.

Notre prochain rendez-vous avec l’histoire BMW aura lieu le mois prochain pour l’essai du X3 restylé.

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

BMW fête les 25 ans de sa transmission intégrale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.