Plus d’élégance

Essai Peugeot 508: féline !
Exit la 407, place à la 508. Durant le passage de témoin, la berline française s’est allongée d’un peu plus de 10 cm, a gagné 9,2 cm d’empattement, 25% de volume de coffre, et perdu au passage 25 kg. Elle en a également profité pour délaisser la calandre béante de la 407 pour une face avant plus harmonieuse, inspiré du concept SR1.

Sans révolutionner le genre, sur ce segment assez conservateur, la Peugeot 508 affiche une silhouette élégante et élancée. En fonction du niveau de finition ou des options choisies, les optiques peuvent bénéficier d’un éclairage LED (feux bi-xenon directionnels). Tout comme les feux de la poupe qui disposent de trois rangées de LED chacun. La version GT y ajoute deux sorties d’échappement trapézoïdale et des jantes de 18 pouces. 19 pouces en option, mais gare alors aux vertèbres !

Habitabilité en hausse

Essai Peugeot 508: féline !
A bord, la Peugeot 508 a franchi un « cap », laissant loin derrière feu la 407. Si la gaieté a été laissée de coté, il en est tout autre en ce qui concerne la finition. La qualité des matériaux et les assemblages sont excellents. L’ensemble demeure homogène, tout comme la position de conduite aux multiples réglages. Les boutons de la console centrale, tout comme la molette de contrôle s’avèrent facile à appréhender, et ergonomique. Ce qui n’est pas le cas du volant multifonctions, jonché de boutons surtout au niveau de la partie basse.

Dans l’ensemble, l’habitabilité a fait un bon en avant par rapport à la 407. L’empattement qui gagne 9,2 cm, profite aux places arrière, accueillantes, même pour les grands gabarits. Le volume de coffre n’est pas en reste avec 515 litres de contenance en configuration normale.

Côté équipement, la 508 dispose dès le premier niveau de finition (Acces) de l’air conditionné manuel ou encore de la Radio CD MP3 avec prise USB /Jack. Et se révèle richement fournie en finition GT (Sièges mi-cuir, électriques et chauffants à l’avant, décor intérieur aluminium brossé, affichage tête haute en couleur…).

Dommage cependant que la routière Sochalienne ne dispose pas de plus d’équipements de sécurité à l’instar du détecteur d’angle mort. Dispositif qui équipe notamment sa petite cousine Citroën C4 ou encore la Volvo V60. Elle se démarque cependant avec la possibilité de disposer de la climatisation quadri-zone (finition Féline ou 550 euros en option) et de l’affichage tête haute en couleur (finition Féline et GT, ou 400 euros en option).

Châssis efficace

Essai Peugeot 508: féline !
Une Peugeot, c’est aussi et surtout un châssis efficace. Et ce, plus particulièrement dans la finition GT qui dispose d’un train avant à double triangle à pivot découplé (train avant équipant la 407). Lorsque le reste de la gamme se contente d’un plus classique train avant pseudo McPherson.

Sur la route, la 508 réalise des prouesses, le train avant est à la fois incisif et précis, bien aidé par une direction à la consistance progressive. La prise de roulis, même en conduite soutenue est quasiment inexistante. Et pourtant, bien que dynamique, la 508 offre un confort largement supérieur à son ainé. Et c’est tant mieux !

Vigoureux 2.2 HDi

Essai Peugeot 508: féline !
Sous le capot de la 508 GT, se cache un nouveau quatre cylindres diesel de 204 ch et 450 Nm à partir de 2000 tr/min. Vigoureux, ce moteur permet d’effectuer le 0 à 100 km/h en 8,2 secondes pour une vitesse de pointe de 234 km/h. Le tout pour une consommation moyenne de 5,7 litres au 100 km, et sans malus écologique (150 g de CO2/km). Soit une baisse de33% de rejet polluant par rapport V6 2.7 HDi de la 407.

Outre cette nouvelle motorisation, la 508 s’adjoint les services d’une boîte automatique à six rapports. Cette BVA n’offre pas la rapidité d’action d’une boîte à double embrayage, type DSG de Volkwagen. Mais son mode Sport autorise tout de même des passages plus prompts et des régimes plus élevés.

L’autre nouveauté sous le capot, c’est l’arrivée du bloc e-HDi de 112 ch. Les autres motorisations à allumage spontané sont le 1.6 HDi de 112 ch, le 2.0 HDi de 140 ch et le 2.0 HDi de 163 ch. En essence seuls le 1.6 VTi de 120 ch et le THP de 156 ch (en boîte manuelle ou BMP6) sont au catalogue.

Pour conclure

Essai Peugeot 508: féline !
Si la 508 remplace à la fois la 407 et accessoirement la 607 (faute de descendance), son tempérament révèle une routière dynamique, plutôt qu’une limousine de ministre. Ses qualités routières, son confort et son niveau de finition en font une redoutable concurrente face aux Citroën C5 et autre Volkswagen Passat.
Si la version GT de notre essai s’affiche à 37 850 euros, les versions de cœur de gamme, équipées du 1.6 e-HDi de 112 ch et 2.0 HDi de 140 ch en finition Active, s’affichent respectivement à 27 150 et 27 950 euros.

La version Hybrid4 sera disponible en 2012. Et, autre information, Peugeot annonce l’arrivée d’une déclinaison inédite de cette nouvelle 508. Coupé-cabriolet, Allroad… Faites vos jeux !

FICHE TECHNIQUE:

Modèle: Peugeot 508 GT 2.2 HDi FAP BVA6 204 ch
Prix: 37 850 euros (hors options)

Puissance fiscale (CV): 11
Moteur: 4 cylindres diesel
Cylindrée (cm3): 2179
Puissance (ch): 204 à 3500 tr/minute
Couple (Nm): 450 de 2000 à 2750 tr/minute
Boîte de vitesses: automatique à 6 rapports

Vitesse maximum (km/h): 234
0 à 100 km/h (secondes): 8,2

Pneumatiques: 255/45 R18

Consommation (l/100km)
En cycle urbain: 8,1
Sur route: 4,7
En cycle mixte: 5,7

Dimensions (mm)
Longueur: 4792
Largeur: 1853
Hauteur: 1456

Poids (kg): 1540
Volume de coffre (litres): 515
Réservoir (litres): 72
Emission de CO2 en g/km: 150 soit la zone neutre du bonus/malus écologique

GALERIE PHOTOS PEUGEOT 508

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *