Un style séduisant

Essai Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 : une malle pour un bien
L’Audi A3 Berline mesure 4,46 mètres de long, soit 15 cm de plus que l’Audi A3 Sportback (4,31 m) et 23 cm de moins que l’Audi A4 (4,69 m). D’ailleurs, même si les différences de taille sont notables, la nouvelle A3 Berline, qui cible la Mercedes CLA, risque également de cannibaliser les ventes de l’Audi A4, en proposant un style plus dynamique mais tout aussi statutaire…

Avec ses flancs marqués de l’aile avant à l’aile arrière (nervures plus importantes que sur l’Audi A3), sa ligne de toit légèrement fuyante, ses porte-à-faux courts et ses optiques arrière très effilées, l’Audi A3 Berline joue la carte de la séduction. Séduction qui opère encore plus lorsqu’elle s’équipe des attributs sportifs S-Line et des jantes optionnelles de 19 pouces (option à 1450 €) comme sur notre modèle d’essai.

Un intérieur haute-couture

Essai Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 : une malle pour un bien
A l’intérieur, on retrouve le mobilier de l’Audi A3, toujours livré dans une finition irréprochable avec des ajustements au millimètre. Audi propose une nouvelle fois une partition sans fausses notes !

L’organisation de la console centrale en deux parties, avec une rangée de boutons placée à mi-hauteur et, positionné en bas, un pavé de contrôle (près du levier de vitesses) avec une molette, allouent à la fois un design épuré et une ergonomie bien pensée. D’autant plus que le système multimédia (sept pouces) s’intègre très bien à l’ensemble.

Ce dispositif peut être équipé d’un système de navigation offrant une cartographie Google Earth. Mais pour cela il faut piocher dans le catalogue d’options et opter pour le système MMI GPS avec MMI Touche facturé 2420 €.

Pour appréhender les différences entre A3 et A3 Berline, il faut prendre place à l’arrière. Si l’espace aux jambes demeure équivalent, la garde au toit quant à elle perd quelques centimètres et se révèle vite limitée pour les plus de 1.80 m.

Berline oblige, la forme du coffre est moins pratique que l’A3 Sportback, mais il propose un volume de chargement plus important. La contenance de la malle de 425 litres se situe entre celle de l’Audi A3 Sportback (380 l) et celle de l’Audi A4 (480 l).

Un moteur sobre et performant

Essai Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 : une malle pour un bien
A son lancement, le 26 septembre, l’Audi A3 Berline sera proposée avec les essence TFSI de 140 ch et 180 ch, et le diesel TDI de 150 ch. Diesel vite rejoint (avant la fin de l’année) par les versions de 105 et 184 ch et un essence d’entrée de gamme de 122 ch.

Outre son excellente insonorisation, le diesel 2.0 TDI de 150 ch se montre performant. Le couple de 320 Nm disponible de 1750 à 3000 tr/min et la puissance maximum disponible entre 3000 et 4000 tr/min accordent une souplesse d’utilisation très appréciable. En sus ce diesel possède du souffle jusqu’à 4500 tr/min.

La boîte de vitesses manuelle à six rapports auquel il est associé de série alloue un guidage et un verrouillage très précis. L’Audi A3 Berline dispose également d’un système de coupure du moteur à l’arrêt Start&Stop, ce qui permet de proposer des rejets de CO2/km de 107 g, soit la zone neutre du bonus/malus écologique.

Du dynamisme et du confort

Essai Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 : une malle pour un bien
Lorsque l’on prend le volant de cette nouvelle Audi A3 Berline, le premier mot qui nous vient à la bouche est : confort. Confort qui résulte de réglages de suspensions plus souples que ceux des A3 et A3 Sportback. Une caractéristique qui permet de rouler avec des jantes de 19 pouces et des pneumatiques 235/35 R19 sans craintes pour ses vertèbres.

Cette souplesse n’empêche pas l’Audi A3 Berline de proposer un comportement à l’image de l’A3 : rigoureux ! Le train avant qui avale le couple sans broncher se montre incisif, et la direction fait preuve de précision. Le roulis quant à lui brille par son absence ! L’Audi A3 Berline est la synthèse parfaite du compromis confort/comportement routier. En ayant essayé les A3 et A3 Sportback nous avons pu toute de même constater une différence : une détente des suspensions très légèrement plus importante que l’A3 lorsque le profil de la route se dégrade.

Autre atout : l’Audi Drive Select, qui permet de configurer son véhicule (direction, amortissement, réponse à l’accélérateur…) selon son humeur et/ou le profil de la route. Un équipement, qui lorsque l’on en a pris goût devient vite indispensable.

Pour conclure

Essai Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 : une malle pour un bien
Avec cette nouvelle déclinaison berline de l’A3, Audi va pouvoir séduire de nouveaux clients, peut être au détriment de l’Audi A4, mais surtout en venant concurrencer la Mercedes CLA. Le style statutaire de l’Audi A3 Berline, sa qualité de finition, ses équipements, ou encore son comportement routier de haut rang sont les points forts de cette nouvelle Audi.

La nouvelle Audi A3 Berline sera lancée le 26 septembre prochain à un prix supérieur de 550 € par rapport à la version Sportback. L’objectif d’Audi est d’atteindre les 2300 véhicules/an soit 15% des ventes d’A3.

FICHE TECHNIQUE Audi A3 Berline 2.0 TDI 150 S-Line

Prix : 33 500 € (hors options)

Carburant : diesel
Moteur : 4 cylindres
Cylindrée (cm3) : 1968
Puissance (ch) : 150 de 3000 à 4000 tr/min
Couple (Nm) : 320 de 1750 à 3000 tr/min
Boîte de vitesses : manuelle à 6 rapports

Vitesse maximum (km/h) : 220
0 à 100 km/h (secondes) : 8,7

Pneumatiques : 235/35 R19

Consommation (l/100km)
En cycle urbain : 5,2
Sur route : 3,5
En cycle mixte : 4,1

Dimensions (mm)
Longueur : 4456
Largeur : 1796
Hauteur : 1416
Empattement : 2637

Poids (kg) : 1315
Volume de coffre (litres) : 425
Réservoir (litres) : 50
Émission de CO2 en g/km : 107, soit la zone neutre du bonus/malus écologique

Photos Audi A3 Berline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *